Étendre le diagnostic décence aux logements étudiants loués par l’État ?

Constatant la vétusté, voire l’insalubrité, de l’ensemble du parc de logements du Crous, un député demande au gouvernement de prendre des mesures afin de « pallier une situation préoccupante ».
Dans une question écrite (n° 26320) publiée le 4 février, Éric Pauget, député LR des Alpes-Maritimes, s’alarme de « l’état d’insalubrité actuel de très nombreux logements étudiants ». Il considère en effet qu’ « à l’heure où le nombre d’étudiants dans le pays ne cesse d’augmenter, il est regrettable de constater une dégradation régulière de la qualité de leurs logements. L’ensemble du parc de logements du Crous n’a pas été restauré depuis de longues années et se trouve aujourd’hui constitué de logements d’une grande vétusté, quelquefois insalubres, mal isolés, mal aérés et aux éléments de confort dégradés. Sont ainsi louées aux étudiants de véritables « passoires énergétiques » faisant courir des risques sanitaires à leurs occupants. Aussi, pallier cet état de fait devient une impérieuse nécessité et relève de l’urgence. Alors que les déclarations du Gouvernement vont dans le sens d’une meilleure protection de la jeunesse et de l’environnement et que la loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN) fait obligation aux propriétaires privés de louer des logements décents, les appartements « étudiants » aujourd’hui loués par l’État ne répondent aucunement à ces impératifs ».
Le député demande au ministre de la ville et du logement les mesures qu’il envisage de prendre « afin de pallier une situation préoccupante ».
Source: Diagactu du 10 Février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

quatre × 2 =

Menu